Projet de recherche

Humani : Espaces partagés entre usagers récréatifs et faune sauvage : pour une gestion intégrée des socio-écosystèmes de montagne


Du 01/07/2016 au 31/12/2018

Auvergne Rhône-Alpes est une Région attractive pour les touristes et les pratiquants de sports de nature, notamment en zone de montagne. Cette attractivité couplée à une diversification des pratiques sportives et récréatives entraine une augmentation de la fréquentation des espaces de montagne tout au long de l’année. Cette présence peut avoir des effets négatifs sur le fonctionnement démographique des populations animales ainsi que sur leur répartition dans les différents types d’habitat, et donc, indirectement sur la biodiversité des milieux. Ces effets de la présence humaine restent à quantifier pour comprendre le devenir de la faune sauvage dans les socio-écosystèmes de montagne. Mais il apparaît également nécessaire de comprendre la manière dont les usagers investissent le milieu naturel, ce qui suppose d’analyser leurs pratiques et leurs représentations. Cette problématique est au cœur des préoccupations des espaces protégés en montagne qui accueillent un nombre croissant de pratiquants de sports de nature.

Ce projet interdisciplinaire se situe au croisement de la sociologie du sport, de la géographie culturelle et de l’écologie. En croisant des données obtenues à la fois sur les usagers récréatifs et sur la faune sauvage, il sera possible de quantifier et qualifier les interactions entre humains et animaux et de comprendre les évolutions des socio-écosystèmes de montagne. Plus précisément, nous proposons d’étudier la pratique de la chasse sur le territoire de la Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage des Bauges et la randonnée estivale dans la Réserve Nationale Naturelle de la Grande Sassière, territoire avec une présence d’une population importante de marmottes. Dans le cadre de ce projet, nous proposons une approche intégrée (1) des usages et des perceptions du milieu par les pratiquants et (2) des espaces partagés entre humains et animaux sauvages.

Ce projet porte sur une thématique d’actualité, notamment dans un contexte de changement climatique qui affecte les écosystèmes et de changement d’usage des espaces montagnards. Cependant, le traitement de cette thématique est trop souvent monodisciplinaire conduisant à un cloisonnement avec d’un côté les écologues qui étudient les animaux et de l’autre, les SHS qui analysent les pratiques et représentations des usagers. Dans la démarche que nous proposons, des collaborations ont d’ors et déjà été construites entre les disciplines. L’enjeu de ce projet de recherche est donc de poursuivre ces collaborations pour un renforcement de l’interdisciplinarité entre SHS et écologie et permettre ainsi une appréhension holistique de la problématique des interactions homme – faune dans le cadre des pratiques récréatives.

Les avancées scientifiques du projet permettront : (1) la détermination de différents profils de pratiquants en fonction de leurs motifs de pratique, de leur perception de l’animal sauvage et du possible dérangement occasionné ; (2) une meilleure compréhension de la manière dont les hommes et les animaux s’organisent dans un espace partagé et comment chacun reconfigure ses spatialités en la présence de l’autre ; (3) une meilleure connaissance des conséquences de la présence humaine sur les populations animales et par la suite, sur la biodiversité des milieux qu’ils occupent.

Pour les gestionnaires, la meilleure connaissance des mobilités humaines et animales et des effets de la présence humaine sur la dynamique des populations animales peut conduire à des propositions sur des mesures de protection. De plus, la meilleure connaissance des motivations des pratiquants, et leur façon de se déplacer dans l’espace en fonction des objectifs de leur sortie peut contribuer à l'amélioration de la communication entre les gestionnaires d'espaces naturels et les pratiquants.

Le LabEx ITEM consacre une enveloppe maximale de 43 550 € répartis sur la durée globale du projet selon un budget prévisionnel révisé annuellement.

Soumis par admin le jeu, 06/10/2016 - 13:47

Membres partenaires

Perrin-Malterre Clémence

Responsable scientifique

En savoir plus

Loison Anne

Responsable scientifique

En savoir plus

Chanteloup Laine

Chercheur.e impliqué.e

En savoir plus

Cohas Aurélie

Chercheur.e impliqué.e

En savoir plus

Rey Benjamin

Chercheur.e associé.e

En savoir plus